Un quadragénaire a été mis en examen ce mercredi pour «homicide volontaire». Il est suspecté du meurtre de Christian Alcatraz, retrouvé calciné en pleine rue le 8 novembre dernier. L’enquête a révélé que le sang retrouvé sur ses chaussures était celui de la victime. Un homme de 45 ans, soupçonné d’avoir roué de coups un autre homme avant de le brûler, le 8 novembre dernier à Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne), a été mis en examen ce mercredi à Agen pour «homicide volontaire». L’enquête a permis d’établir que les traces de sang retrouvées sur les chaussures du suspect correspondaient bien au sang de la victime. Ce jour-là, peu après minuit, au 20 rue Pompée à Villeneuve-sur-Lot, le corps de Christian Alcatraz est retrouvé partiellement calciné, une ceinture autour du cou. Selon Sud Ouest, le voisinage ne s’est aperçu de rien. Ce sont des passants qui ont donné l’alerte à 0h20. Des policiers sont alors arrivés pour éteindre le feu à l’aide d’un extincteur alors que l’homme était encore vivant. Christian Alcatraz, apparemment majeur, est décédé quelques minutes après l’arrivée des secours. Deux heures après la découverte du corps, un homme est interpellé par les policiers villeneuvois à 500 mètres de là, de l’autre côté du Lot. À ce moment là, il était «sous l’emprise de stupéfiants, d’alcool et de médicaments», rapporte une source proche de l’enquête. Devant les enquêteurs, «Rachid Loukili a expliqué le déroulement de la soirée et il nie les faits qui lui sont reprochés», déclare son avocate Me Sandrine Fournier contactée par Le Figaro. Le suspect conteste donc son implication dans le décès de la victime et reste ferme sur sa position mais «il reste beaucoup de zones d’ombre à éclaircir», concède son avocate. Les circonstances du meurtre ainsi que les liens éventuels entre le suspect et la victime ne sont pas connus à ce jour.